Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > Un nom de pape significatif
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Un nom de pape significatif

mardi 2 avril 2013, par Pierre Dortiguier

L’élection de celui que l’on nomme l’évêque de Rome a une signification politique, car il est monarque et chef d’Etat, de même que l’ordre auquel il appartient, celui de la compagnie de Jésus, est organisé, à la façon d’une armée, par son fondateur, et se trouve, donc, conduit, par un général ; ces deux aspects mêlés donnent un relief particulier à cet italien d’Argentine, et le nom de son compatriote médiéval, François d’Assise, est, à lui seul, un programme.

Il saute aux yeux des moins avertis, entre les Catholiques mêmes, que ce saint - créateur de l’ordre des Franciscains, et dont une disciple aristocrate Claire a fondé celui des Clarisses - conclut un accord avec les Musulmans, dont le sultan d’Egypte ; ce fut, donc, sa politique, opposée aux Templiers et autres ordres militants, qui introduisit un esprit évangélique, et dont la dimension fut telle qu’il eut la réputation d’étendre la grâce divine au règne animal et que ses contemporains virent en lui un second Jésus (béni soit-il), avec le même enthousiasme que de nombreux Musulmans voient Ali (paix sur lui) et les saints Imams favoriser l’illumination divine, contre les puisssants du monde !

Le nom de François serait-il adopté, également, pour faire refleurir un ordre mendiant, puisque la règle de saint François est celle qui régit les ordres mendiants ? Mais nous avons, aussi, un Jésuite, devant nous, ordre supprimé, durant près d’un demi siècle, en Europe catholique, à la demande des autorités, auprès du pape, pour des raisons de malversation financière, et ce, bien qu’ils aient éduqué toute l’Europe, favorisé une pédagogie active, diminué l’ardeur des tribunaux civils à traquer de faux sorciers, et diffusé, plus qu’on ne le dit, l’humanisme, ouvert la Chine au monde, et bâti, du Canada des Iroquois, jusqu’au Paraguay, notamment, un empire, et même, une forme d’administration, d’autant plus critiquée qu’elle fut impressionnante !

Sont-ce toutes ses caractèritisques d’un François habillé en Jésuite que veut réunir le pape élu, après le vote de 77 cardinaux rouges ? Il y a de l’habileté, dans cette présentation, certainement, mûrie, par ce titulaire d’un doctorat de théologie, en langue allemande. A une école française si libérale, jusqu’à imposer son goût de la liberté, par des humeurs chicanières et autoritaires, ce François Ier ne peut ignorer que le saint d’ Assise fut ainsi, en son temps, certainement déformé, par la légende pieuse, nommé, ainsi, ironiquement, par son père, pour trop goûter les moeurs françaises...

Un pareil pape est soumis au devoir d’obéissance, qui est une règle générale de tous les ordres religieux, mais le plus typique de celui des Jésuites ; le champ d’action de la "compagnie de Jésus, diminué, aujourd’hui, en Europe, et qui n’a point, à Beyrouth, par exemple, le même rôle d’instructeur, qu’il y a trente ans, concentre ses efforts, sur la Chine et l’Asie orientale ; cela est traditionnel, puisque la ville d’Hiroshima fut une citadelle de cet ordre missionnaire, tout comme Nagasaki (seuls, des esprits complotistes, y verraient une raison de certains à forcer le Président Truman à choisir ces deux objectifs !). La part américaine est, également, importante, pour les Jésuites, et si l’on constate, comme un fruit empoisonné du féminisme canadien, une déchristianisation rapide de la Nouvelle France, le reste du continent, et, notamment, le Brésil, sont une partie essentielle de cet Empire catholique ou République Chrétienne.

La première conséquence de cette élection est que le pouvoir, même partagé, demeure, néanmoins, indirectement, aux mains de l’Europe, car pour être argentin, l’intellectuel ou religieux de cette nation, plus encore que son équivalent du Nord du continent, est d’esprit italien, espagnol et autre, allemand aussi, et ne saurait être l’expression d’une mentalité étrangère au continent où la Papauté s’est, sinon, installée, du moins fortifiée, jusqu’au point de s’identifier, avec la Renaissance de l’Europe.

La seconde est que le peuple romain et italien considèrera ce pape comme sien, et lui accorde une citoyenneté romaine naturelle, autant et plus même que sacrée, ce qui renforce son autorité locale, car l’Etat italien est récent, même si le fascisme a tenté de le métamoprphoser en successeur de la Rome décrite, dans les manuels des juristes et des littérateurs ; on peut, aussi, supposer que l’art italien de la diplomatie sera envers l’Islam plus accommodant que le ton "djihadiste" chrétien du fameux entretien de Ratisbonne. L’ombre de François d’Assise devrait dissiper ce genre d’islamophobie, alors, médiatisé, par la volonté de cet autre docteur en théologie, de même formation allemande que son successeur !

Evidemment, la clef de ce pontificat, qui ouvrirait ou fermerait les portes de la paix ou de la guerre, affermirait ou ruinerait le crédit du christianisme, dans un monde miné par les illusions consuméristes et l’abandon des valeurs éthiques (que rappelait, en 2011, Benoît XVI, pour rendre raison de la crise économique et financière) est l’attitude envers le sionisme, cause principale du désordre, ou plutôt son seul réel bénéficaire ! C’est dans cette capacité de discernement que les peuples soumis à Dieu, avant de l’être au Pape, jugeront les actes du pontificat, et de ce Jésuite, dont la maxime la plus connue de son fondateur saint Ignace de Loyola, reprise -dit-on- avec insistance, à son lit de mort, et qui est dans les Exercices Spirituels (sorte de Soufisme chrétien) veut que l’âme soit "jusqu’au cadavre,comme un bâton, dans les mains de Dieu". C’est cette main, ou celle de celui qui veut détruire l’humanité et la création, comme on le voit agir, en Syrie, en Palestine et partout où sévit le terrorisme satanique que tout fidèle, en dehors ou à l’intérieur du cercle catholique, verra s’agiter bientôt !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier