Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Chroniques de l’Irib > Représailles US, Fukushima ?
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Représailles US, Fukushima ?

lundi 16 juillet 2012, par Pierre Dortiguier

Le site internet de l’agence de presse, le moins que l’on puisse dire non-conformiste, « Pakalert Press » présente, développe une suite d’arguments, de faits et d’illustrations, qui établirait que la secousse sismique, qui détruisit le complexe japonais de Fukushima, sur la rive du Pacifique, serait, non pas, la conséquence tragique d’un événement naturel, mais bien une attentat malicieux ciblé par une compagnie de sécurité sioniste, contre les installations japonaises, pour empêcher le pays –l’accusation est grave- de donner suite à une proposition de retraitement de l’uranium iranien !

Cette hypothèse, pour étrange qu’elle paraisse, n’est en soi, ni absurde, ni nouvelle, et l’on a parlé, ailleurs, du système Haarp, installé, en Alaska, et autres techniques de formation artificielle de secousses telluriques, terrestres ou maritimes, mais l’accusation de l’agence va plus loin : il n’y aurait aucune trace d’enregistrements de tremblements de terre, à l’échelle 9,1 ; les maisons, tout comme la centrale, auraient été touchées par un attentat atomique provenant du dispositif de sécurité de Fukushima, installé, par une compagnie de l’entité sioniste et éclatant, simultanément, de trois endroits séparés.

Les données des enregistrements excluraient, en effet, un tsunami, une secousse provenant de la mer ; et l’argument non négligeable du journaliste, cité par l’agence, est que pareil mouvement naturel, de grandeur formidable, aurait eu des conséquences sur un millier de kilomètres, ce qui n’a pas eu lieu, et que les populations averties auraient, alors, encombré les routes, dès l’avertissement donné, généralement, 40 minutes, auparavant ; ce qui n’eut pas lieu.

Avant d’examiner ces longues et terribles accusations qu’illustrent des vidéos, sur internet, il convient de reprendre la raison donnée de ce qui aurait été la troisième attaque atomique du Japon, depuis août 1945 !

Les conséquences en sont si grandes qu’une partie, non la majorité, il faut le reconnaître, de l’opinion japonaise est maintenant dressée contre l’usage de cette technologie, pourtant, indispensable au pays, pour sa production d’électricité ; et, par ailleurs, l’Allemagne s’est vue contrainte d’y renoncer, en payant un prix très élevé ses équivalents d’énergie, cependant, qu’Etats-Unis, Royaume-Uni et France socialiste maintiennent leur privilège de puissance atomique, tout comme le régime de Tel-Aviv !

Plusieurs agences sont citées, dans cet article, indienne, russe, néozélandaise, qui ont annoncé, l’année d’avant, la proposition japonaise d’enrichissement de l’uranium iranien. Que cela ait suffi à provoquer une agression reste hypothétique, mais cette proposition japonaise de traitement nucléaire de l’uranium iranien est, ainsi, rapportée par « Hindustatimes », dans un article de son correspondant, daté de Tokyo, le 24 février 2010 : "Japan offers to enrich uranium for Iran".

« Le Japon a offert à l’Iran d’enrichir de l’uranium, pour permettre à la République islamique d’accéder à la puissance nucléaire, tout en apaisant les craintes internationales qu’elle pourrait chercher une arme atomique ; d’après un rapport de ce mercredi, Téhéran n’a pas encore donné de réponse concrète à la proposition renvoyée aux USA, qui a été faite, quand le négociateur en chef, M. Jalili, a visité Tokyo, en décembre, a rapporté le journal des affaires "Nikkei" »

« Le ministre des Affaires étrangères du Japon, Katsuya Okada, a eu des conversations, ce mercredi, avec le Président du Parlement d’Iran, Ali Larijani. Mais dans une brève conférence de presse, tenue, ensuite, les officiels japonais n’ont, ni confirmé, ni réfuté l’article du "Nikkei" ».

« Okada a dit à son hôte que “le Japon espère fortement que le problème nucléaire de l’Iran sera pacifiquement et diplomatiquement résolu… et que l’Iran tienne compte, sérieusement, d’une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies", a dit le ministre des Affaires étrangères. »

Le site de l’agence Zeenews.com titre, le 25 février 2010, que “L’Iran veut discuter l’offre du Japon d’enrichir de l’uranium" et parle de la visite, par M. Larijani, de Nagasaki, seconde ville (historiquement chrétienne, comme Hiroshima !) martyre atomisée par les Américains ! Les arguments techniques apportés par Jim Stone, journaliste en Freelance sont précis, sur la destruction des réacteurs de Fukushima, et le caractère artificiel de la secousse ; mais son analyse politique mérite, surtout, d’être évoquée, car démontre que l’audace de la contestation américaine dépasse celle de l’Occident européen !

1. Le Japon propose d’enrichir de l’uranium, pour l’Iran,

2. Immédiatement « Israël » monte des compagnies masquées sous le rôle de services de sécurité, et l’une d’elle réussit à obtenir un contrat de sécurité, pour un entretien nucléaire japonais ; 4 mois plus tard, le Dimona Dozen se monte et obtient, sous prétexte de contrat de sécurité, un accès illimité au cœur de Fukushima. Ils installent le virus, des caméras réelles, à l’extérieur de l’accès, et des caméras nucléaires, à l’intérieur du site. En plus, ils installent une connexion de données non autorisées, pour permettre le contrôle de tous les éléments de l’accès, au moyen du virus.

3. Après avoir installé "Stuxnet" et les armes atomiques, ils ont filé.

Pakalert Press expose, alors, le plan vraisemblable : l’attente d’une circonstance, comme un tsunami évalué à 6,90, permet de faire jouer au virus son rôle de désinformateur et d’actionner le dispositif d’explosion, cependant, qu’un appareil, comme le réacteur 4, par exemple, qui avait été vidé de son contenu n’aurait pu exploser, comme il a été dit.

Pour plus de détails et de démonstrations scientifiques sur les contradictions des thèses officielles et celles fournies par la Raison d’Etat japonaise, cf.

http://www.pakalertpress.com/2012/0...

Question : L’entité sioniste se fait-elle des amis, en Asie ? La Chine et le Japon se rapprocheront-ils ou s’éloigneront-ils de l’Iran ? Ces deux interrogations n’en font qu’une et montrent le but réel de la formation du foyer sioniste : le contrôle de l’Eurasie. Ce serait là une leçon de la mini troisième explosion atomique sur l’Archipel, qui n’est que la suite des deux premières !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier