Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Omar Ehrenfels > Propos d’Omar von Ehrenfels sur l’Islam et la Science.
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Propos d’Omar von Ehrenfels sur l’Islam et la Science.

vendredi 12 août 2011, par Pierre Dortiguier

L’article a paru dans la revue de Sazlbourg « Kairos, Zeitschrift für Religionswissenschaft und Theologie », 2, 1963, [« Kairos, Journal de science religieuse et de théologie » 171pp., pp.114-124], éditée chez Otto Müller, dont nous extrayons la courte préface dans laquelle l’auteur musulman allemand, né à Prague le 28 avril 1901, et attiré dès son enfance vers l’Islam, selon l’aveu de sa sœur aînée, femmes de lettres, éduquée comme lui dans le protestantisme calviniste de leur mère aristocrate hongroise, auteure d’une courte biographie de son frère, - et ayant fait, sa profession de foi en 1926 à la mosquée de Berlin, au sein de la mission de la confrérie des Ahmadis de Lahore, quand le recteur était précisément l’albanais Abdullah -, dit l’essentiel qu’il faut savoir.

« L’insistance sur la valeur que directement le désir du savoir, la science et l’enseignement ont trouvée dans les sources de l’aménagement islamique de la vie et de la culture, est un signe si évident de l’attitude islamique fondamentale envers la vie, pour avoir à peine besoin ici et à cette place d’un développement.

Nous ne voulons que nous souvenir de telles maximes tirées des hadiths : « l’encre du savant est plus pure que le sang du martyr » (Hibru-lulama’i ataru min dihami ushadahi), ou : « Cherchez le savoir, serait-il aussi loin qu’en Chine ! » (Ibhath ‘an al ilmi walau kaana fi Sini). Le titre honorifique même, qu’un homme qui a une autorité religieuse reçoit à l’intérieur de sa communauté : Maulana, Ulema, Moulvi est dérivé de la racine arabe ‘alama = savoir, ou de sa transformation en ‘ilm, science. Par savoir n’est aucunement ici seulement entendu le savoir nécessaire du livre saint, mais un savoir compréhensif et en partie aussi comparé, critique des textes, qui trouve son expression dans les idées de Ijimah et de Sunna, donc de l’accord et de la formulation du savoir.

L’apprentissage par cœur, et donc l’incorporation du texte sacré est tout à fait, c’est certain, hautement estimé, et joue dans l’histoire religieuse de l’Islam et dans l’interprétation soufiste du contenu un rôle non des moindres, comme déjà le fait ressortir le titre honorifique Hafiz, qui demeure réservé à un homme qui a mémorisé le texte entier du saint Coran. Mais savoir au sens du mot ‘ilm et l’assimilation du Hafiz ou du praticien du Zhirk - donc au sens mantrique de l’impression par la parole - sont justement bien différentes, même si les deux sont entièrement significatives. »

Islam und Wissenschaft

« Die Wertbetonung, die gerade Wissensdrang, Wissenschaft und Gelehrtum in den Quellen des islamischen Lebens-und Kulturgefüges von allem Anfang an gefunden haben, ist ein so vordringliches Kennzeichen islamischer Grundhaltung dem Leben gegenüber, dass sie hier und an dieser Stelle kaum besonderes Ausführung bedürfen.

Wir wollen uns nur solcher Aussprüche aus den Hadith erinnern : « Die Tinte des Gelehrten ist reiner als das Blut des Märtyrers » (Hibru-lulama’i ataru min dihami ushadahi), oder : « Suchet Wissen- und wäre es so weit wie China ! » (Ibhath‘an al ilmi walau kaana fi Sini). Auch der Ehrentitel, den ein religiös autoritativer Mensch innerhalb seiner Gemeinde erhält : Maulana, Ulema, Moulvi, ist von dem arabischen Wortstamm ‘alama=wissen, oder seiner Umformung in ‘ilm, Wissenschaft abgeleitet. Unter Wissen ist hier keineswegs allein das Auswendigwissen des heiligen Buches gemeint, sondern ein verstehendes und zum Teil auch textkritisches, vergleichendes Wissen, das in den Gedanken der Ijma und der Sunah, also des Uebereinstimmens und Formulierens von Wissen Ausdruck findet. » Auswendiglernen und damit inwendig Inkorporieren des heiligen Textes ist ganz gewiss hoch geachtet und spielt in der Religionsgeschichte des Islams und in der sufistischen Inhaltsdeutung keine geringere Rolle, wie schon aus dem Ehrentitel Hafiz oder des Praktikers des Zhikr –also im mantrischen Sinne des Wirkens durch das Wort- sind eben doch verschieden, wenngleich beide durchaus bedeutsam sind. »

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier