Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > « Ose savoir », sapere aude
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

« Ose savoir », sapere aude

Formule applicable à la régénérescence du corps

mercredi 8 janvier 2014, par Pierre Dortiguier

Avec la contribution de Laure Delpech

Dans la conception moderne de la philosophie, l’autonomie ou le devoir de se prendre en mains, de se soumettre à sa propre loi, a distingué les États ou familles fortes et faibles, ceux qui s’enfoncent dans la dépression et la cultivent, ou qui se haussent, - et de même donné à la santé la valeur d’un effort sur soi et non d’une mendicité de médicaments, à quoi est réduit l’homme « moderne » : Qu’est-ce qui vous coûte d’essayer mes drogues, puisqu’elles vous sont payées sur le dos de la communauté ? Mais la santé, dites-vous est un bien à conserver, non à conquérir. Produisons et vendons donc des pilules ? Non, reformons-nous par nous même, avec ce que le corps nous offre, exploitons ce qu’il propose et ne vivons pas contre lui. Il y a un concept, c’est-à-dire une idée définissable logiquement, de traitement des maladies du corps physique, mental, social, mise en valeur par nos voisins qui échappent, disent les médecins de l’économie, à la crise - et particulièrement par Richard Wagner, leur musicien qui jeûna pour composer : c’est la régénérescence. Comment vit-on, sinon sur son fonds propre ! Et comment développe-t-on celui-ci, par une voie interne, ou mieux une force interne (vis interna) qui est à développer, de l’intérieur vers l’extérieur,

Ce qui est à l’intérieur est à l’extérieur
Il n’y a pas de noyau,

écrira poétiquement Goethe !

Il faut donc comprendre, saisir sa santé et non pas l’abandonner aux expérimentateurs ! Entendre et répondre aux appels du corps.

C’est ce que dit le texte d’une mère de famille occitane éclairée, ma voisine Laure, issue du fonds de son terroir qu’elle et son père aiment à connaître, et non bien sûr des bas-fonds d’une masse devenue le troupeau alimenté par la société pharmaceutique dite « Big Pharma » !

Reprenez votre santé en main, ainsi que celle de vos enfants. Ne vous soumettez pas mécaniquement, aveuglément, avec terreur et doutes sur vos capacité, par abandon du bon sens, aux autorités médicales robotisées qui sont des serveurs de médicaments et non des observateurs des forces internes de la nature, comme elles l’étaient à la Renaissance. Il ne s’agit pas de négativisme, c’est-à-dire de refuser tout ce que dit le médecin, mais d’appliquer la maxime socratique : connais toi toi-même ! Il s’agit de comprendre la nature du corps, et non pas seulement ses fonctions, de lui favoriser sa liberté et son autonomie, sa capacité de régénérescence par lui-même.

« La nature parle », a pu écrire un penseur contemporain, le corps aussi puisqu’il est naturel et selon la formule d’Aristote, se guérit lui-même. L’art devant appuyer la nature, qui est le vrai médecin, et non la contrarier, encore moins la détruire.

Comprenez votre état de santé. Informez-vous. Personne ne vous connaît aussi bien que vous-même. N’acceptez pas qu’on vous prescrive quoi que ce soit sans le remettre en question. Vous êtes votre propre prescripteur et celui de vos enfants. Personne ne peut décider à votre place. C’est ce que dit la formule philosophique employée à la fin du 18ème siècle par Kant.

Faites vos propres expériences en fonction des informations que vous avez obtenues et de votre bon sens. Faites confiance à votre instinct et à celui de vos enfants. Ne vous forcez pas, ne les forcez pas, que ce soit sur le plan alimentaire ou émotionnel. N’imaginez pas qu’une plante, une huile, un complément alimentaire, un cachet ou autre va résoudre vos problèmes si vous n’entreprenez pas des réformes alimentaires en profondeur. Un traitement local ne sert pratiquement à rien si on continue à apporter autant de toxines qu’avant. La priorité des priorités est de résoudre le problème d’acidose généralisée. Quand le corps sera alcalinisé, les divers symptômes disparaîtront d’eux-mêmes.

Je connais un homme heureux à Téhéran, pieux aussi et même vu à la télévision plusieurs fois filmé dans son attention au prédicateur, qui me remercie de ces conseils ayant calmé, en quelques jours, son arthrose des genoux par des jus quotidiens diminuant son acidose.

Ayez confiance en la régénération, ne cherchez pas de solutions compliquées. Consultez les témoignages de toutes les personnes qui ont retrouvé leur autonomie, sont devenues leur propre prescripteur, ont fait reculer leur niveau d’acidose et ont obtenu les résultats qu’elles souhaitaient, et beaucoup d’autres.

J’ai l’habitude de faire ainsi, objectent avec lassitude des gens défaits par une dépendance aux autorités parasites de leur santé. Mais l’habitude n’est qu’une seconde nature, disait le même philosophe. Se régénérer est retourner à la première nature, celle que le corps contient et qu’il exprime et reproduit.

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier