Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > Nemtsov, ou la chasse à Poutine
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Nemtsov, ou la chasse à Poutine

mardi 3 mars 2015, par Pierre Dortiguier

Le cas Nemtsov est typique de la politique du spectacle : dans la même coulée de lave qui emporte au passage des individualités juives, celle de Nemtsov devrait encore convaincre les auditeurs récalcitrants du pèlerin du sionisme, M. Netanyaou que partout et jusque sous les fenêtres du Kremlin, personne n’est en sécurité ; et que si l’armée dont il a dit qu’elle est la plus morale du monde, ne l’est pas exactement, comme chacun le sait, elle devient nécessaire, si plusieurs membres de ce peuple dispersé sur le terre, sont frappés par des mains criminelles.

En tout cas, la mayonnaise politique prend : M.Poutine est désigné comme le Tsar Ivan, le Terrible, bien sûr, et il a beau vouloir chercher et trouver les exécutants, le bénéfice du crime ira à l’agitation que nous disons la révolution de couleur.

Il est remarquable aussi que l’on trouve, à travers l’exemple de Nemtsov, qui fut Premier ministre d’un régime corrompu, plus que l’actuel, exactement au même niveau que l’Ukraine, des personnalités à la fois en haut et en bas de l’échelle politique : ce paradoxe est apparu en Russie avec les oligarques très puissants qui se posaient en démocrate, et n’étaient rendus populaires en Occident que par leur opposition à Vladimir Poutine.

Une erreur d’optique des historiens trop idéologues est de ne voir qu’une part du passé, unilatérale : ainsi l’antisémite, au sens défini par le logicien Walls, est celui qui voit tous les Juifs comme des apatrides, des gens richissimes qui font « suer le burnous », selon une expression coloniale. Mais, il y aussi dans cet ensemble plus varié qu’il n’est dit, des nationalistes et même des ultra-nationalistes, comme l’étaient au XIXème siècle, tant de juifs italiens, autour de Mazzini, tchèques, polonais, hongrois etc, des internationalistes, bien sûr, des Premiers Ministres comme Disraeli en Angleterre, et des révolutionnaires agitant le drapeau rouge donc, mais aussi de certain chauvinisme.

Nemtsov appartient à cette confusion qui fait tout le drame actuel. Les Russes le voient comme un homme de l’Ancien Régime qui a mené le pays à l’abîme, en s’abritant derrière un alcoolique ! Il n’est point besoin à Poutine d’imaginer la disparition de ce pion des influences étrangères qui entreprenaient de dépecer le pays. Mais les Etats-Unis veulent empêcher la Russie de devenir ou redevenir une Grande Puissance, d’être un contrepoids au nouveau lien transatlantique par lequel on veut bastillonner l’Europe. L’entité sioniste approuve cette ambition US, car elle sait que, tant que les États-Unis d’Asie ou d’Eurasie existent, même virtuellement, les États-Unis d’Amérique du Nord ne pourront les aider à ruiner Syrie, Liban, Irak et Iran. Cet assassinat, avec ses conséquences, peut-on dire, irréversibles, nous entraîne à une confrontation, et M. Poutine subit la même propagande mensongère que Bachar el Assad, et tant d’autres, Khadafi par exemple, accusés d’homicide, et nous ne connaissons que le signal de cette ouverture de la chasse à l’homme ! Mais suffit-il de décapiter la Russie pour lui faire oublier ce que la chaîne des Nemtsov lui a fait subir ? Poser la question, c’est y répondre !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier