Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles philosophiques > Les mains de la fidèle
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Les mains de la fidèle

jeudi 25 août 2011, par Pierre Dortiguier

Unique est ce jour, comme la Création,
Ma prière vers Toi, Maître des deux mondes,
Ne variera jamais, ainsi que l’ablution
Semble des eaux du Ciel reproduire les ondes.
Je quitte cette rive où coulèrent mes pleurs
Et ce lâche tyran qui brisa ma carrière.
Ma vie fut un ressort comprimé par trop d’heures ;
Mes mains et mes yeux sages eussent voulu complaire,
Au goût plus que persan de ce style italien*
Qui fit le Taj Mahal dans l’Inde sans pareille.
Eh quoi ! Tout ce qui est beau serait-il vénitien ?
Je le crois volontiers, en voyant sa merveille :
Mon corps dans l’art trouve le moyen d’adorer
Ta majesté sublime, ô Miséricordieux,
En variant la vision qu’on ne doit séparer
D’un fond intellectuel, sauf à créer des dieux !
C’est pourquoi j’ai prêté aux scénarios ma voix
Et elle répandait sur le cœur des humains
Cette musique rare, qui n’a point d’autre choix
Que de vibrer dans l’âme, comme le font mes mains
En tissant un modèle et produisant l’image
Du paradis même qui éclaire l’usage !

*Ce serait l’orfèvre et joaillier vénitien Geronimo Verronea qui aurait conduit ces travaux nécessitant 20000 ouvriers et seize années de travail intense, lisons-nous sur internet [1], d’autres pensent qu’il s’agit d’un architecte persan Ustad Issa ; mais l’hypothèse vénitienne correspond mieux aux mœurs de l’Empire oriental-occidental, sorte d’aigle bicéphale qui dominait alors ou la Horde d’or, employant des talents des régions spécialisées de l’Occident, de même que l’Italie a aussi marqué la Russie et que les talents, à parler théologie et sciences naturelles, sont inégalement distribués, selon la loi de la Création.

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier