Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Chroniques de l’Irib > Les Aventures du général Manaf Tlaas
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Les Aventures du général Manaf Tlaas

vendredi 13 juillet 2012, par Pierre Dortiguier

Nous ne nous arrêterons pas à comparer cet épisode de l’histoire syrienne à quelque épisode des aventures autrefois célèbres du baron de Münchhausen, qui franchit, pour le service de l’Impératrice de Russie, les frontières ottomanes, par des magies successives : le départ, présenté comme une défection, du général Manaf Tlaas, dont le nom avait défrayé la chronique, il y a une dizaine d’années, après une thèse universitaire soutenue par son illustrissime père, Mustafa, ministre de la défense, de 1972 à 2004, devant un jury trop peu conformiste, au regard alors de notre presse sioniste parisienne. Mais ceci est une autre histoire ! Trop de vérités déplaisaient à des oreilles habituées à l’esprit courtisan plus qu’à l’esprit philosophique, lequel, chez nous, ressemble à un oiseau prenant le plus souvent son essor, la cage ouverte, vers l’Est ou l’Orient, de Descartes à Voltaire, Lamartine ou Gobineau. La fille de Mustafa Tlass, père de l’énigmatique fugitif, et veuve d’un trafiquant d’armes, Akram Ojeh, liée à l’ancien ministre socialiste des Affaires étrangères, Roland Dumas, et d’une fortune estimée à 50 millions d’Euros, a une réputation brillante, et, je dois dire, comme ancien parisien, très justifiée à Paris. "Le Monde" du 2 octobre 2006, dans un article intitulé : « La Fille du général Tlass. Les diners de madame Ojeh », et empli de malveillances, comme il se doit envers la beauté généreuse et le mécénat, qui ne favorise pas le lobby influent, qu’il est interdit de critiquer, rapporte, à l’honneur de la sœur de l’exilé, disparu, par enchantement, cette action méritoire : c’est elle qui a fait restaurer l’intérieur du domaine de Chantilly et le Musée de Condé, elle, qui a multiplié les donations au Louvre, elle, qui a sponsorisé l’exposition du centenaire de la naissance de Jean-Paul Sartre, elle, qui a permis le rachat, par la Bibliothèque nationale de France, des neuf volumes des Mémoires d’outre-tombe, de Chateaubriand, en 2000. Et c’est encore elle, qui aidera la BNF à racheter, pour 11 millions de francs, les 876 feuillets rédigés à l’encre bleu-noir et rangés dans un boîte en peau de porc du "Voyage au bout de la nuit", de Céline. Nous ne sommes, évidemment, pas au royaume des ténèbres de DSK ! C’est le Tout-Paris réel, non le Tout-pourri !

Dans ces circonstances, comment pouvoir juger de cette défection du général Tlass junior que Press TV, comme le rapporte l’édition du "New York Times" International, du 12 juillet (p.5), dit avoir été désavoué, par son père, qui vit, maintenant, en France ? « Des analystes ont dit que les circonstances entourant le départ du général sont restées troubles et se sont demandé si les nouvelles de sa défection n’avaient pas été exagérées ».

« Sharmine Narwani, une analyste du Moyen-Orient et Senio rAssociate, au St.Antony’s College, à l’Université d’Oxford, a dit -toujours selon le quotidien Américain - que la tentative de décrire la fuite du général Tlass, comme une désertion était « de la pure propagande ». En réalité, il semble que la signification politique de cette fuite, nullement, empêchée, par les autorités syriennes, réponde à une volonté de garder "profil bas", pour un homme plus attiré par le brillant de la vie et la protection de sa sœur Nahed, que par les mensonges de l’opposition ; sorte de superficialité ou de manque de courage, peut-être, qui, dans ce cas, est préférable à l’action anti-patriotique.

Mais, comme dans les Aventures de Münchhausen, l’élément capital est la longueur de vie du personnage, de celui qui a commandé la garde républicaine. Ses amis assurent qu’il parlera, bientôt, sur ses raisons d’agir, et pour les amateurs de contes, il n’aura, alors, été qu’une étincelle, dans ce feu d’artifices des Grandeurs enrichies, qui n’éblouit que la nuit des peuples !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier