Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > Le voile et le string !
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Le voile et le string !

mardi 22 octobre 2013, par Pierre Dortiguier

Trouver un point commun, c’est soit antithétique, le premier étant plus respectueux de la féminité que le second, même s’il est un fétichisme de la chevelure assez pathogène, soit synthétique, car la thèse du string (corde) ou l’antithèse du voile sont des appels à la sexualité en soi abaissée par le manque d’éthique ou d’intériorisation nécessaire à une discipline sociale !

Il est vraisemblable que ce genre d’opposition ne se produit que dans des champs physiologiques bien appauvris, notamment un manque d’équilibre glandulaire fortement ébranlé par la consommation moderne de produits morts, les diététiques carnées, le gluten, médicaments, et excitants accumulés dont l’aspartame, théine et caféine, « coca-cola light », boissons alcoolisées, énergisantes, jus pasteurisés, laitages industriels etc.

Qui n’en peut voir les effets sur la scène moderne ? La cruauté de la guerre syrienne actuelle, avec les massacres effectués par des mercenaires dégénérés par la drogue et qui se font les chevaliers du voile en massacrant les filles chrétiennes ou sectairement proches, montrent que la patrie du string californien a misé sur le bon cheval !

La nudité des statues, suivant le modèle grec des exercices physiques convertit le corps en norme ou expression visible d’une forme collectivement pensée et rendue trop abstraite par le langage, mais individuellement assumée ; à savoir celle de la gymnastique de la beauté qui est l’art voisin de la musique ou rythme enseigné. C’est une raison de la mythique culture antique, qui est celle d’une longue « Renaissance » ou aube du jour de l’esprit incarné - selon une tradition christianisée esthétiquement en Europe -, mais néanmoins une réalité des sociétés ainsi idéalisées et subsistant par les deux sources de toute politique, où le grand nombre se résigne au petit, selon le mot exact de Voltaire sur la discipline ou maîtrise de soi du corps social : cela vaut pour le corps individuel, l’organisme qu’est l’État, selon l’idée exacte de Kant, dans une note de sa Critique du Jugement (visant son pays exemplaire d’alors, la Prusse frédéricienne pratiquant l’exercice des lettres et des arts divers, de la technique) et la communauté au sens large.

Ainsi se renvoient pêle-mêle voilement et dévoilement, dans la superficialité contemporaine qui est une séparation du beau et du vrai, du plaisir et de la moralité réglées par les mêmes catégories ; et la raison de cette coexistence de ces deux attitudes se confortant mutuellement, pourrait dériver d’une réaction clubiste ou communautariste dont l’Europe moderne et les Etats-Unis enseignent la possibilité, alors qu’aucun peuple ne l’a adoptée, qui se maintient dans l’unité du fond et de la forme : il est inutile de scruter attentivement ce qui justifierait, plus pour des raisons juridiques que théologiques, le voile dont les fondements sont d’autant moins clairs qu’il n’y a pas de comparaison entre ce qui voile la lumière divine et ce qui sort de la nature, puisque cette lumière est justement qualifiée aussi de naturelle (lumen naturale) et qu’un obstacle est intérieur à l’être humain et non pas attachée à une apparence sensible qui dégagerait une hypothétique magie ou envoûtement.

Il est vrai que, pour citer un acte odieux et ridicule d’offense à la dignité féminine, la guerre d’Algérie, comme l’explique Mohammed Lebjaoui dans « Vérités sur la Révolution algérienne » [1] a poussé l’armée dite française et en fait composite, à lancer des campagnes impudentes de dévoilement public et que la réaction de refus a été patriotique ! Mais les nombreuses Algériennes, principalement kabyles, jetées dans le fleuve n’étaient pas voilées et aspiraient à entrer dans la patrie, alors que d’autres contribuant à leur massacre forçaient la porte ! Le voile n’était que très secondaire !

Dans l’Iran contemporain il est question de bien d’autre chose que de string et de voile, sauf pour les dégénérés qui logent dans toutes les boiseries pourries, comme des cafards, car la douleur du pays est dans la cherté des médicaments, le marché noir qui les fournit à prix d’or (1000 euros pour une infiltration de chimiothérapie, ceci dit sans nous prononcer sur l’inutilité de cette méthode, en elle même inutile et illusoire, et souvent importés de Turquie, la date d’usage passé ! Tout ceci se passe dans l’indifférence des clergés de çi de là, des esprits forts ou des socialistes et des ligues homosexuelles naturellement, y compris la fameuse ligue maçonnique des Droits de l’Homme qui couvre tous ces poisons vendus par Big Pharma !

L’Iran porte le deuil et ce deuil est en réalité métaphysiquement fondée, et n’a rien à voir avec le saucissonnage wahabite ou assimilé qui entend ruiner ou miner l’essence de ce ou celui à qui se réfère le terme d’Islam,comme de Marie dans la forme chrétienne, et détruire ainsi l’ordre naturel de la Création qui est de se montrer en soi digne de Dieu et non pas hors de soi, ce qui le rend trop matériel ! Tout autre considération est un train, un va et vient de thèse et d’antithèse, comme si nous nous coiffions de concepts vides pour protéger notre étant !

Notes

[1] Paris, Gallimard, 1970, 1972, 249 pp.

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier