Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > Le vice initial des « Muslim Brethern »
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Le vice initial des « Muslim Brethern »

mercredi 31 juillet 2013, par Pierre Dortiguier

L’un des principes de toute théologie véritable est de déceler une erreur rationnelle dans ce que la foi ensuite développe et qui s’incarne dans des actes répréhensibles. C’est pour cela que des autorités sont consultées non pas pour dire les articles de foi – ce que chacun connaît - mais relever un défaut de logique dans les arguments avancés par les passons humaines !

Le point contestable, aux yeux de la raison, de la Confrérie, et sans laquelle celle-ci se dissoudrait - est de proposer non pas un rafermissement de la foi ou des préceptes appliqués de l’islamisme, mais de viser un projet mondial de domination par l’islam ! Cet article du programme politique, et non pas religieux, car il implique une mondialisation, une vision de la totalité des rapports humains, et non plus de ceux liant l’homme à Dieu est expressément condamné par le saint Coran, au verset 53 de la cinquième Sourate dite de la Table Servie : « Si Allah avait voulu, certainement il aurait fait de vous un seul peuple. Mais (il veut) sûrement vous éprouver dans ce qu’Il vous a apporté. Cherchez à vous devancer les uns, les autres dans de bonnes actions : tous vous retournerez à Allah il il vous instruira (alors) au sujet de ce que vous disputez (maintenant) ».

La traduction est de feu le professeur Edouard Montet, de Genève (Payot,1929,p.195)

Le commentaire s’impose aisément, sans subtilité, surtout si l’on retient qu’il faut conserver la vérité dans de justes bornes : le reste est du domaine de la raison pratique. Ceci a été la vérité des relations interconfessionelles au sein de chaque révélation, et c‘est ce que la première intention de la Confrérie a niée en proclamant ce sophisme ou faute logique, spécieuse (qui paraît belle) et néanmoins fausse, avec son initiateur Al Banna : « C’est la nature de l’Islam de dominer, non d’être dominé, d’imposer sa loi à toutes les nations et d’étendre son pouvoir à la planète entière ». Pareille affirmation se trouve dans le Judaïsme et donne le Sionisme, dans le Christianisme et fait cette alliance de l’épicier anglais et de sa bible pour tenir l’Empire, comme s’en moquait le penseur allemand Schopenhauer, dans une note d’un de ses livres, Parerga et Paralipomena (œuvres marginales et ajoutées) ! Elle a donné le prétexte spirituel aux colonisations successives, du même type que les oligarchies – et cette confrérie est nourrie par des oligarchies non pas exaltées ou militaires, comme on le fait croire, mais richissimes et ploutocrates ! – du Golfe et finalement de ceux qui sont de vrais mécréants. Or au lieu de fixer la limite morale entre ce qui est juste et vrai d’un côté, faux et nocif de l’autre, la Confrérie a tracé une ligne politique pure et simple entre ceux qui se reconnaissaient musulmans et les autres rejetés dans l’Enfer ou l’abîme !

Dwight Eisenhower recevant les Frères Musulmans à la Maison Blanche.

Ce faisant, et sans vouloir trop parler théologie, l’on retrouve une tendance bien mise en évidence dans le Coran que le but du diable est de diviser au sein des nations et les nations entre elles : ce culte de la guerre civile, du secret, et de l’argent sans lequel aucune lutte ou minage de la société, à coup de corruption n’est possible, a caractérisé l’organisation : elle a réussi, notons-le, à tant peser sur les dirigeants que tous, en Egypte par exemple, lui ont à un moment donné tendu la main : après l’avoir interdite pour son alliance ouverte avec Eisenhower en 1954, Nasser les a libérés dix ans plus tard pour ensuite les réprimer : il tenait à repérer leur force sortie de la clandestinité ; Sadate – dont la mort est suspecte - les a aussi favorisés, Moubarak de même, pour ensuite les surveiller, car leur réseau est craint parce qu’il est bien plus puissant qu’un association de fidèles ; il est formé du tissu, du contexte du monde lui-même, chauffé au feu de la politique mondiale dont la tête est l’Angleterre et sa cousine américaine !

Nous trouvons un essai de formation analogue au 19ème siècle, quand quelque nouveau converti, venu du judaïsme libéral, au catholicisme s’est adressé au Ministre autrichien, ou plutôt à sa femme, la princesse Metternich, pour favoriser une conversion du monde au catholicisme appuyée sur l’Angleterre ! L’épouse refusa cette proposition de Frères chrétiens, si l’on peut dire, par cette parole évangélique que l’Eglise serait battue par les flots jusqu’à la fin des temps ! La Foi est une résistance au mal, tout comme le Bien, il faut qu’il affronte et non pas qu’il domine, mais plutôt se domine !

Cette nuance là est inconnue à la Fraternité qui ressemble à ce Bahaïsme dont le comte Gobineau a bien décrit le mécanisme meurtrier dans l’Iran de son temps, et fomenté par la seule puissance qui a médité depuis le 18ème siècle de détruire l’Empire ottoman et persan !

Lisez les mémoires de l’agent anglais Humphrey sur internet, sur l’origine du Wahhâbisme ! Dans tous les cas il y a non pas l’ambition du Ciel, mais de la Terre, bref le péché du Diable !

Il n’est pas de doute que la Jordanie sera le prochain objectif de la Confrérie qui ressemble aux Illuminés de Bavière qui soufflèrent sur la braise des révolutions à la fin du 18ème siècle !

Les combattre et leur faire reconnaître leur erreur est le devoir de tout homme sensé, et s’ils désirent ou promettent le bonheur de leur cru à toutes les nations, dans une fraternité universelle dont les opposants seraient des mécréants (en premier parmi les Musulmans !), il faut leur traduire aussitôt cette phrase du philosophe Kant que l’aspiration au bonheur n’est morale que si elle vise à être digne de celui-ci : mais cette notion de dignité n’est pas monnayable et toute Fraternité terroriste lui ferme ses portes !

La religion n’est plus alors qu’un prétexte, une hypocrisie chargée justement comme un virus informatique, de détruire l’authentique programmation religieuse ! Le problème est de s’en apercevoir, comme le peuple égyptien et syrien, avant qu’il ne soit trop tard !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier