Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Chroniques de l’Irib > Le multiculturalisme a-t-il un sens ?
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Le multiculturalisme a-t-il un sens ?

lundi 1er octobre 2012, par Pierre Dortiguier

Chacun combat le racisme, mais s’en réclame, partiellement, en France, du moins ! Les Démocrates hurlent devant un foulard à l’école, et là, le racisme monte très haut, puisqu’il vise plus haut que l’humanité : on laisse ici Dieu à la porte ! Entend-t-on crier des concierges de collèges à des enfants interloqués ! Tel quartier est réputé calme et résidentiel, à l’imobilier élevé, s’il n’y a pas, dirait le maire de Meaux, de "racisme anti-blanc" !

Descendons, en effet, au niveau des hommes, tous égaux et libres, comme l’on sait : c’est la civilisation, en effet, qui constitue le citoyen, et les obligations qui le protègent et le lient en même temps. Mais il y a la culture, dont on dit qu’elle se nourrit des diversités et des différences ; ce sont, justement, les différences et le rejet de ce qui est accepté par d’autres, qui fait la culture ; de là vient que si une civilisation rend ses membres égaux, relativement, en restant dans l’abstraction de l’Etat et compte tenu d’une hiérarchie et d’un principe identique d’obéissance, la culture différencie, car elle est attachée au lieu et au temps, à des "formes, a priori, de la sensibilité", disait un bon philosophe !

A cet égard les religions ne créent pas de civilisation, comme on le dit mal et improprement, par exemple, dans l’exposition tenue au Louvre et qu’une radio pernicieuement oppose à "l’Islam violent", "l’Islam politique", un pays nordique peut embrasser l’Islam ou un Arabe, le Christianisme, sans modifier des acquis influencés ou grandis avec sa religion, mais tenant à une volonté artistique limitée et exclusive, comme tourt ce qui est humain, alors que la religion est illimitée et inclusive.

Nous voyons, par exemple, sur un terrain tiers, le Bouddhisme prendre des formes très éloignées du Tibet, qui semble avoir son plus important nid, au Japon ! Les formes d’Etat se réclament de cet idéal et le système vit comme religion d’Etat, du moins, pratiquement : pourtant, les manifestations se diversifient, c’est-à-dire que surgissent des cultures nombreuses, et, donc, des exclusivités !

Des préjugés et une ignorance perpétuée de l’Islam, comme de sa propre religion ancestrale, impriment à la société occidentale des idées fixes : l’une des plus dangereuses est d’avoir lié le sous-développement ou une infertilité d’invention à l’Islam, ou la race sémitique, à la naissance des trois monothéismes ! C’est aussi une conviction très ancrée que l’Islam est lié au désert, sans tenir compte de la réalité géographique des pays ayant adopté l’enseignement contenu dans le noble Coran !

Une fois ces idées bien reçues, nos sociétés demandent que les religions évoluent, pour se plier à une forme de vie donnée. Mais les religions touchent à l’éternité, elles ne peuvent, donc, suivre le cours du temps, lequel, comme certains astres, avance, tout en rétrogradant, durant certaines périodes ! Toute cette méconnaissance de la diversité obligatoire des cultures et de leur survie, dans l’indépendance, conduit à des sociétés brisées où aucune culture ne de développe plus, sinon, sous des formes presque caricaturales et grotesques !

Chacun parle de la violence islamique, qui deviendra un thème de campagne électorale, mais l’on entend, par ce terme, une série d’actes politiques ou d’opérations menées par des groupes, qui s’attaquent, en premier, aux Etats musulmans ou à majorité musulmane, comme la Syrie. La culture iranienne est, aussi, attaquée, dans sa manière d’appliquer les règles de la morale islamique, sans que l’on tienne compte de la personnalité du pays, de la voie qu’il a choisie, d’abord dans l’adoption du chiisme, très majoritairement, au temps des rois, et dans sa Constitution de 1979 : son développement technique et son trésor culturel poétique et spéculatif, - les deux pics se faisant éternellement face, selon l’image de Heidegger- infirment l’idée artificielle d’un degré inférieur de développement, propre à la religion musulmane ; mais tout aussi bien, en Europe, par exemple, et, notamment, en France, ce sont les efforts du Christianisme social et du patronat nordiste, en particulier, très chrétien, qui a permis de faire avancer la législation sociale, dans les deux derniers siècles ; beaucoup plus avancée Outre-Rhin à cause de la liberté plus grande laissée aux initiatives des Eglises, jusqu’à aujourd’hui.

Ce manque de réflexion est compensé, comme souvent par le bruit des mots : le multiculturalisme en est un, qui consiste à transformer un territoire en agrégat d’atomes, qui se choquent, sans travailler avec la même énergie à un but précis. Il est certain que des Musulmans, nés en France, ne produiront pas les mêmes ingrédients de culture que leurs parents abandonnés ultramarins. Les conversions constatées se modifient, aussi, par le tempérament des manières d’être. Bref, Dieu est plus grand que les idoles que les esprits de ce monde ont tendance à peindre !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier