Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > Le message de Soufanieh
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Le message de Soufanieh 

Les chrétiens d’Orient, victimes de l’Occident !

lundi 2 avril 2012, par Pierre Dortiguier

Il est difficile de reconnaître en Occident, mises à part les processions de Séville, les traces d’une piété affirmée publiquement en ce temps de la semaine sainte qui évoque l’hostilité à Jésus (béni soit-il) et, au cours le laquelle, les statues des églises sont voilées de violet mais demeurent plus visitées par des touristes que remplies par « un peuple chrétien ».

Cette attitude explique la raison de l’abandon dans lequel se trouvent les chrétiens d’Orient dont en premier les Palestiniens et les Syriens que la morgue du consul de France qualifiait en 1870 « d’Arabes russifiés, instruments dociles de la politique envahissante de la Russie » ! Cette appréciation, en termes de rapports d’intérêts, et dépourvue d’humanité est aujourd’hui poursuivie, par le matérialisme occidental bien plus pesant et armé !

On a même tendance à répondre à ce genre d’attitude qui ne jure que par les biens sensibles du pétrole ou du profit qatarisé, si l’on peut dire, par ce bon mot de Voltaire à un philosophe trop matériel, qu’« il confond ses cinq sens avec le bon sens » !

Chacun sait les reproches, et même l’accueil ombrageux de M. Sarkozy au patriarche melkite qui ne se pliait pas au dogme de la « démocratie », façon Maison Blanche que M. Sarkozy lui faisait miroiter comme la Jérusalem terrestre de ce Nouveau Siècle américain du Proche-Orient. M. Juppé, on le sait, s’en est pris à la myopie de la hiérarchie chrétienne, orthodoxe et catholique, qui ne voit pas plus loin que les intérêts de la conservation de ses ouailles, alors qu’une perspective éblouissante s’ouvre avec la manne des régimes du Golfe, du NED, au prix de quelques sacrifices à l’instinct sanguinaire des nouveaux anges exterminateurs venus de leurs terrains de Libye ou des camps d’entraînement franco-britanniques !

Nous pourrions, au nom de la foi même de ces chrétiens qu’ils partagent avec les musulmans de même race (ce terme étant à utiliser avec précaution, puisque M. Hollande veut, nouveau législateur républicain l’ôter de la constitution et M. Bayrou propose de lui substituer le mot de genre !) évoquer un événement damascène, celui de Soufanieh, survenu, le 27 novembre 1982, alors que le pays était menacé d’une insurrection générale, venu de Hama, équipée et financé par les mêmes forces séditieuses qu’aujourd’hui !

Une Syrienne nommée du reste Marie, Myma Nazzour, y fit part, au fil des années, de ses vues mystiques et de ses inspirations divines, que l’Eglise dit mariales et firent affluer musulmans et chrétiens à son domicile.

Des paroles datant de la semaine sainte du 10 avril 2004 , de cette mère de famille arabe, devraient être gravées sur le perron du Quai d’Orsay : elles dénonceraient bien le sens de notre politique de déchristianisation et d’athéisme pratique sous le faux drapeau de la démocratie, et de tous les ismes qui pendent comme des breloques sur les vestes des mercenaires bénis par M. Qaradaoui et Sarkozy, unis au premier acte, désunis au second et réunis au final de leur comédie sanglante !

Cette parole est dite au patriotisme syrien chrétien par cette voix spirituelle qui se confond avec la liberté donnée par Dieu aux hommes de réfléchir spirituellement : « Portez l’Orient dans vos cœurs. D’ici a jailli à nouveau une lumière, dont vous êtes le rayonnement pour un monde séduit par le matérialisme, la sensualité et la célébrité au point qu’il en a presque perdu les valeurs. Quant à vous, préservez votre authenticité orientale. Ne permettez pas que l’on vous aliène votre volonté, votre liberté et votre foi dans cet Orient. »

L’ « éternel féminin », - à qualifier ainsi spirituellement –comme l’a fait Goethe - cette haute inspiration habitant une femme simple- , nous tire ainsi vers le haut ! Et non point la nature équivoque de ceux qui nous leurrent en se disant, de la conférence de Tunis à celle d’Istanbul, sous le regard bienveillant de la madone du Département d’Etat, Madame Hilary Clinton, « les amis de la Syrie » !  

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier