Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles philosophiques > La naissance du Prophète
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

La naissance du Prophète

jeudi 6 mars 2014, par Pierre Dortiguier

La question de la naissance du noble Prophète serait-elle sans réponse, quoiqu’il soit traditionnellement rapporté qu’elle se serait produite le lundi 12 rabir, l’année de l’éléphant, quand les troupes éthiopiennes et leurs éléphants auraient vainement attaqué la Mecque et été dispersées par des oiseaux ou objets volants ? Cette date répond au passage du Taureau au Bélier, soit le 20 avril ! Date aussi de la naissance du plus fameux dirigeant de l’Allemagne ! En Tunisie, elle est célébrée le 13 janvier, en Malaisie le 14 etc. Faut-il voir une liberté d’interprétation dans ces variations ? Avons-nous affaire à un symbole ?

Leibniz, créateur de la métaphysique allemande moderne, dans son "Discours de Métaphysique" (1686) tout comme Voltaire, créateur du concept de "philosophie de l’histoire", en 2 chapitres de son "Essai sur les Mœurs et l’Esprit des nations" (1763), ont effacé des préjugés cléricaux ou libertins occidentaux et orientaux, sur la personne et l’enseignement du sceau des Prophètes,dont le philosophe saxon explique en un français bien tourné, le sens, à savoir l’achèvement de la connaissance de l’unité de Dieu et de l’immortalité de l’âme, version du principe mathématique et logique général de continuité et en rapport avec la justice ou harmonie universelle. Dieu veut non le bon, mais continument le meilleur, et s’il choisit de faire naître le noble Messager dans un temps, le Taureau, aux portes du Bélier, ou le Capricorne, et ainsi de laisser errer sa naissance tout en ayant fait adopter le 20 avril, c’est qu’il répond à une finalité. Telle est l’utilité de la philosophie de la religion, à côté de la philosophie de l’histoire.

Chacun veut célébrer la date d’un grand homme
Qui a la part divine devenue presque entière
Selon une harmonie présente en toute âme
En négligeant le ciel qui le portait sur terre !
Le Messager de Dieu, ayant su enseigner
Conjoint au nom d’Ali, cette immortalité
Que Moïse avait cru devoir dédaigner
Et Jésus proclamer jusque dans l’anxiété,
A son berceau céleste, aujourd’hui Capricorne,
Au temps de ces ténèbres éclaircis par degrés,
Mais prolongeant la nuit à l’Esprit importune,
Quand la lune régit les instincts égarés.
Serait-ce à prévoir que la vieillesse d’âge
Que nous nommons le Temps, tenant la faux en main,
Fera de cet Islam que sa famille engage
Jusque dans l’occulté Mahdi, un lendemain
Accessible aux patients qui prient dans le silence
Et entourés du diable ont pu ôter sa force.
 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier