Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Chroniques de l’Irib > La campagne anti-Obama, aux USA, lui sera-t-elle fatale ?
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

La campagne anti-Obama, aux USA, lui sera-t-elle fatale ?

lundi 1er octobre 2012, par Pierre Dortiguier

La disqualification de la politique étrangère des USA se voit, sur les écrans US, comme dans l’émission Reality Check, Al-Qaïda y est présenté, réalistement, comme une création américaine, à l’époque de la lutte anti-soviétique, en Afghanistan : recrutement, instruction et armement furent l’initiative des USA, est-il martelé, devant le public américain. Madame Clinton l’avoue, dans cette émission anniversaire du 11 septembre, comme une preuve supplémentaire de l’ingénuité nationale, qui a déjà dépensé, en 11 ans, « un milliard de dollars », en guerre, et comment pourrait-on prêter de noirs desseins à un impérialisme ou leadership qui se fabrique ses propres ennemis ?

Il faut relever l’expression du présentateur, qui se tourne vers les téléspectateurs, pour leur dire que l’on a menti sur la présence d’Al-Qaïda, en Irak , et que c’est ainsi « que la guerre a été vendue » ! La déclaration de Zbigniew Bzrezinski faite au Nouvel Observateur, en 1998, va, néanmoins, faut-il le rappeler, dans le sens d’un cynisme plus net : l’équipement d’Al-Qaïda, avec l’aide du Pakistan, était antérieur à l’entrée des Russes, en Afghanistan, où les USA ont tendu un piège, affirme l’ancien secrétaire d’Etat de Jimmy Carter, à leur rival, et surtout posé la première pierre de l’encerclement de la Russie, qui se poursuivra ; c’est le premier aspect libertaire, d’aide du monde libre « à la résistance afghane », pour la sauver du communisme athée, que l’on accepte de nous montrer, mais celui qui approfondit davantage comprend, en effet, que la guerre d’Afghanistan, comme de l’Irak poursuit le but plus ambitieux de placer un nœud coulant autour du cou de la vaste Russie, dans la ligne, par exemple, de la constitution d’un émirat tchéchène, surtout, si le client géorgien pro-occidental et pro-sioniste, comme il semble, perd la confiance de sa population exaspérée par tant de corruption, et se tournerait vers de meilleurs rapports traditionnels avec la Russie et pourquoi pas l’Iran avec lequel il fut historiquement lié ?

Le tour de M. Obama vient, dans cette émission Reality Check, qui lui porte un coup de grâce et donnerait raison à l’incohérence que lui reproche son concurrent Romney, qu’il affrontera, dans un premier tour, mercredi prochain, avec, à chaque fois, une à deux minutes, pour répondre à des questions superficielles ! Le Président des USA est questionné sur la contradiction qu’il y a à dépenser du sang et de l’argent à guerroyer contre les Talibans et cet Al-Qaïda, jusqu’au Pakistan et au Yémen, et dont on reconnaît l’inexistence, en Irak d’avant l’invasion, et à le soutenir, maintenant, en Syrie, après l’avoir équipé, en Libye, où il a tué notre Ambassadeur, au consulat de Benghazi ! Le Président répond comme un enfant de chœur, qu’il sait tout cela, mais que l’on n’envoie pas d’armes létales en Syrie, donner à des insurgés du matériel radio, de décryptage, prodiguer des soins etc, de la charité en somme ! A quoi l’animateur de l’émission anti-Obama cite, pour le contredire, l’article du New York Times sur la liste des armes, de fusil munis d’infrarouge, de grenades, de mines antichars, sur leur trafic passant par la Turquie et l’engagement de la CIA etc ; à quoi le Président ajoute qu’il sait bien que des éléments hostiles aux USA, des « filous » mènent la danse de l’opposition, comme un orchestre aux instruments terroristes, mais qu’il veille précautionneusement au respect des droits de l’homme, et puis que les USA ferment les yeux à ces objections pour entendre seulement les plaintes de gens qui veulent avoir « une meilleure vie » ! Bref Assad est l’ancien roi George III d’Angleterre : L’histoire de l’Amérique proche-orientale se fait tant avec, tantôt contre et encore avec Al Qaida, ce sont les chemins de la liberté !

M. Poutine n’a pas ces difficultés ! Il en reste à la ligne droite, axiome de la géométrie politique ! L’Amérique obamesque vit dans des courbes d’une mathématique supérieure, d’une géométrie non euclidienne : c’est le pays du progrès ! Il faut noter que l’animateur US précise que les USA ont participé à la révolution égyptienne ; et pour préciser que les amis d’aujourd’hui, dont la Muslim Brotherhood, seront les ennemis de demain ! Dans chaque cas, que ce soit la secrétaire d’Etat Madame Clinton ou M. le Président, nous politiciens veulent passer pour naïfs et dupent l’électorat américain qui marche dans la propagande du 11 septembre. Le tourniquet électoral pourrait donner l’avantage à Romney, sur ce faux diagnostic d’incapacité ou de contradiction, bref de gaucherie de la politique américaine incapable de mesurer les risques de ses initiatives. Il serait temps de réagir, selon Romney, de retrouver la force, d’avoir une politique claire, efficace, plus martiale ! Ce que réclame l’allié par excellence de l’Amérique, l’entité sioniste !

Le contexte est de fait, favorable à une déroute d’Obama, du moins à une perte de prestige public. Comment ne pas empêcher les Américains de constater que la sauvagerie de l’assassinat de leur ambassadeur vient de gens qui par ailleurs, sous les noms divers de la fraternité musulmane ou wahhabite sont eux-mêmes dénoncés comme criminels par l’opposition syrienne libre, dégagée d’une trop grande emprise occidentale, comme les ralliements d’opposants armés au régime vient de le montrer à Alep ? Et qui explique l’insuccès de l’offensive réalise avec de gros moyens militaires contre l’Etat légal et légitime ? Mais par ailleurs des manifestations musulmanes éclatent à Manille, ancienne colonie US, cependant que les Américains entendent qu’au Bangladesh des temples bouddhiques sont assaillis : les caricatures ou les insultes qui provoquent ces manifestations sont présentées, médiatiquement, comme des prétextes, et le danger de l’Iran est sans cesse martelé !

La stratégie n’est pas imputée au Pentagone ou aux milieux impérialistes, mais aux victimes ! Ce sont elles qui auraient ‘une pensée de derrière la tête", non des gens aussi sympathiques que Mme Clinton, aussi indulgente envers le monde, qu’elle le fut envers son mari léger ! Quant à Obama, comment lui supposer de mauvaises intentions contre les pays musulmans, puisque la chanteuse Madonna le défend dans un nouveau tour de chant, le célébrant comme musulman, resté, jusqu’à l’âge de dix ans, en Indonésie, d’un père Kényan ? Bref presqu’Africain, Hawaïen, presque, en somme, musulman ? Est-ce que Romney le présentera aussi de la sorte, mais pour en tirer un avantage ? Tout dépend ce que le gouvernement profond aura choisi, et justifiera par une victoire « de justesse » obtenue grâce aux médias !

Le but de ces manœuvres est de faire tomber le dernier pays arabe de la résistance, qui soit indépendant des pressions financières saoudiennes, la Syrie, et une fois la légion étrangère habillée en libérateurs employée, elle continuera en Irak, en Afghanistan à tout faire par ses actions, pour justifier une présence ou un renforcement de l’armée US, terrestre et maritime ! Le dit « Islamisme politique » sera alors l’affiche du Western placardée par le sherif de la Maison Blanche et devra provoquer une énième Croisade, sans croix visibles en France, bien sûr, dans un espace public otanisé, avec participation de l’Islam de France, comme les troupes coloniales et de protectorat envoyées se battre en Egypte de Nasser ou en Syrie mandataire des anées 20 !

Déjouer pareil complot, c’est le démonter en arrachant d’abord les masques de la démocratisation ou du patriotisme de gens qui sont, depuis plusieurs dizaines d’années, les tenailles d’un gigantesque piège monté pour emprisonner non tel ou tel pays, mais « le monde » !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier