Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles philosophiques > La Prométhéenne
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

La Prométhéenne

lundi 16 septembre 2013, par Pierre Dortiguier

Prométhée est souffrant, comme l’humanité,
Attaché au Caucase et son foie renaissant
Par le vautour de Zeus devient déchiqueté !
Tel est, ma chère amie, dont le goût va croissant
Pour les viandes et le sel, l’affreuse vérité :
Il faut suivre l’Olympe enneigée et hautaine
Et vivifier le sang pour la postérité,
En tenant éloigné de vos lèvres de reine,
Cette chair toute morte ayant vidé son sang :
Causant les maux fréquents, ce découragement
Affectant votre vie, ces pleurs attendrissants
Qui jaillissent des yeux, et sont votre tourment !
Issa (béni soit-il) a sa table servie,
Comme dit le Coran, venue du Paradis,
Où les oiseaux volent et semblent votre vie !
Loin de ces Prométhée qui sont par Dieu maudits ?
Il fut le premier homme, nous explique Pline*
A avoir tué un bœuf, sacrifiant à l’idole ;
Et pour le cuire aussi, et faire sa cuisine,
Il déroba le feu attisant notre bile !
Et ainsi méditez, ô ma fille d’Iran
Le supplice d’un Grec devenu un tyran !

*“Prometheus first taught the use of animal food (primus bovem occidit Prometheus - Pliny’s Naturalis Historia, lib.VII, section 57) and of fire, with which to render it more digestible and pleasing to the taste. Jupiter, and the rest of the gods, foreseeing the consequences of the inventions, were amused or irritated at the short-sighted devices of the newly-formed creature, and left him to experience the sad effects of them.” John Frank Newton (1770-1837)

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier