Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Chroniques de l’Irib > La France ou la fin d’un monde !
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

La France ou la fin d’un monde !

dimanche 15 juillet 2012, par Pierre Dortiguier

Une réflexion de l’invité à la Table ronde de l’IRIB, le journaliste M. Ahmed Senoussi m’a fait comparer la situation de l’Algérie à celle des spectateurs de l’Opéra italien, qui dévisagent les acteurs, sur la scène, les jugent non comme personnages, mais comme ils sont réellement !

L’occasion en était fournie par les relations franco-algériennes consécutives aux événements du jour, au Mali, et, plus généralement, au type d’esprit français qui ne peut se résoudre à voir diminuer sa place, en Europe ! Notre propre position d’instructeur en philosophie nous a fait, depuis longtemps, mettre en garde les générations montantes contre les négligences qui creusent un écart entre nous et nos voisins, en particulier, « notre mère à tous », ainsi que Gérard de Nerval caractérisait l’Allemagne du travail de la pensée, au XIXème ! Cela vaut aussi, pour la Hollande, qui resta neutre, faut-il le noter, durant la Première guerre mondiale, et dont chacun visite avec admiration les fermes et les élevages ! M. Senoussi fait ressortir ce simple fait que la production agricole de ce pays, auquel, par un accord politique commun franco-anglais et une révolution de couleur, en 1830, on a enlevé la Belgique et ses deux–tiers de pays alors néerlandophones, privés de représentativité, en y mettant une dynastie maçonnisée (au point que le jardin royal de Bruxelles est une suite de symboles initiative du rite écossais britannique !) : eh bien ce pays dépasse le nôtre en production agricole !

C’est, donc, la fin d’un monde artificiel et le retour à la réalité naturelle ? C’est plutôt le triomphe de l’ordre et de la discipline sur l’ivresse d’un passé trompeur, aussi nuisible qu’un alcool !

Nous avons, pour reprendre le mot de l’observateur algérien, -et c’est le sentiment de tout le pays algérien et des riverains honnêtes de la Méditerranée- une dégradation sensible de la puissance française, que déclare, ouvertement, la presse italienne, d’autant qu’un renversement se produit, accéléré par la crise financière et économique imminente : cet Euro, où Mitterrand crut trouver son salut, en s’imposant comme locataire obligé de la Maison Mark, -car il ne s’agit pas d’autre chose !- ne subsistera que coupé en deux, car notre développement est à deux vitesses ! A la France, l’honneur d’être le Centaure de la fable, un corps à deux natures, animale et humaine, et dont on célébrera l’union, en disant que le Centaure était bien l’éducateur d’Achille, dans l’antiquité. Soit, nous serons un trait d’union entre les forts et les faibles, mais la gravité nous tire vers le bas, cependant que la discipline morale, l’habitude du consensus social, bref leur histoire, tirent les peuples de l’Est, comme l’Eternel féminin, vers le haut.

Quel rôle sera assigné à la France ? Les grands éducateurs français, comme Renan, qui est une figure de la science et de la philologie, ont demandé à ce que nous prenions modèle, sur nos vainqueurs, qui avaient été, préalablement, occupés et spoliés par nous, et avant la guerre mondiale, débutée, en 1914, et qui se continue, comme une fracture sismique, à travers le monde, Romain Rolland avait repris cette apologie de la discipline, Valery l’avait inscrite, dans sa doctrine littéraire et morale, nos philosophes universitaires, comme Emmanuel Mounier, dont Albert Camus fut l’élève, à la Sorbonne, s’y attelaient, aussi, dont les noms sont effacés de la conscience collective !

Après la guerre, les noms de Beaufret, de Corbin, traducteurs d’Heidegger, qui enseignait le retour à la nature et à l’Être, ont mené un combat que notre génération croyait d’avant-garde, alors qu’il était, déjà, d’arrière garde, face aux illusions de la vie facile, de l’Américanisation.

La jeunesse algérienne, comme les autres, y compris, en Europe, assiste à cet écroulement réel d’une puissance, et voit des humanistes déclarés se prononcer, pour les pires aventures militaires, décider, comme Laurent Fabius, qui doit gouverner la Syrie et commander, bientôt, à Alger !

Toutes les mauvaises odeurs remontent à la surface : tantôt c’est cette immigration que la France a voulue, qui est mise en cause ; tantôt, c’est l’Allemagne coupable de se relever d’une occupation russe et convertir le territoire de ses anciennes misères et ressort de son élan porté jusqu’à la Chine !

Si la France veut recevoir de l’aide, ou augmenter sa capacité, remonter la pente sur laquelle elle est entraînée, il importe que sa jeunesse soit formée, et c’est un exemple qui est donné, ainsi, au monde de la ruine que donne l’absence de méthode et de foi, dans l’unité nationale ! Cette unité est visible à l’Est du Continent et semble se fractionner à l’Ouest, et nous n’en voulons pour preuve qu’une ligne du journal "Les Echos", annonçant « Les Pays-Bas entérinent l’âge de la retraite à 67 ans » (jeudi 12 juillet, p.6), ceci, par étapes, 66 ans, en 2019, et 67, donc, en 2023. Les dissensions existent, mais la vague principale, qui est la survie du pays l’emporte !

Et cela va, bien sûr, à contre-courant de la vie française qui, en dépit de toutes les protestations de ses démocrates professionnels, abandonne ses projets ferroviaires à grande vitesse, faute d’argent, et aussi fluviaux : « Le projet de canal Seine Nord pourrait encore être abandonné, bien que les travaux préparatoires aient, déjà, eu lieu. D’autant que sa rentabilité est loin d’être claire », soit, mais le quotidien de laisser poindre l’oreille de la vérité : « et que son coût, évalué, officiellement, à 4,5 milliards d’euros, serait plutôt de 5 ou 6 milliards ». Trop cher !

Avons-nous les moyens de nous imposer ? Et seconde question plus tragique : aurons-nous les moyens d’assurer notre indépendance, de maintenir même notre force de dissuasion, de refuser l’embrigadement otanien, pour continuer la tradition des guerres coloniales ? La politique étrangère de MM Hollande et Fabius y a déjà répondu...

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier