Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles philosophiques > L’Aïd ou le vaisseau dans l’Eden
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

L’Aïd ou le vaisseau dans l’Eden

mercredi 20 novembre 2013, par Pierre Dortiguier

Ce poème est une explication de l’« arabe » Aïd, en langue ancienne, originaire de l’humanité, ou adamique dite tudesque, « te odischa Spraha »,- comme l’explique l’érudit saxon contemporain (né en 1938) Erhard Landmann - soit en vieil allemand : la langue de Od, nom d’une constellation qui serait relativement à nous ce que fut l’Angleterre exportatrice de ces colonies américaines et séparée d’elle par un vaste océan ! La prononciation de Aïd équivaut au terme allemand moderne de « Ei » (prononcer Aye) et Od ou Id, qui se trouve dans le terme Ides du calendrier julien, ou romain ancien, et aussi sur une des épaves du vaisseau de Roswell échoué en 1947 : tout comme dans les noms de l’Eden (pour dire dans « Ed » ou Od) et d’Edinburg, la forteresse (Burgh) volante dans l’Od ! Le terme d’Achoura (le vaisseau primitif, Ash-Ur-), selon la même source, renvoie à un épisode proprement céleste, et la coutume chiite et particulièrement iranienne laisse percer le lieu mythique de cette épopée qui est la narration d’un combat permanent et actuel !

Ce nom de Mohammad n’est point un patronyme [1].
Et s’il fut tant prisé par des princes ottomans
C’est qu’il les magnifiait moins en qualité d’homme
Qu’en calife de Dieu dont ils sont les drogmans [2]
Interprètes obligés d’une histoire sacrée
Dont la fête d’Aïd me fournit l’occasion
D’indiquer l’origine et l’impression que crée
Dans une âme candide l’authentique ascension
Au travers des prophètes ou d’aimables vaisseaux,
D’un Ciel vaste et profond, - qui ressemblent à un oeuf
Que l’Allemand dit Ei, et flottant sur les eaux !
Mais, vient ce Paradis où l’Amour se sent neuf,
La nostalgie d’Edin que l’on prononce Odin,
Que l’Iran a connu sous le nom d’Aladin [3]
Tel est la fin du mot, donnant lieu à la fête,
De Od, dit aussi Id, dont le fidèle attend
Sous sa coupole bleue que l’harmonie habite
De revoir les verdeurs, ses eaux que l’on entend
Dans le rythme allongé des prières sublimes
Que, bouche iranienne, tu conserves et tu aimes !

Notes

[1] nom de la lignée paternelle

[2] terme identique au français truchement, et viendrait de l’arabe, pour désigner un traducteur

[3] Eden dans l’Univers ou All

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier