Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > Indiscipline et sacrilège américains, en Afghanistan
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Indiscipline et sacrilège américains, en Afghanistan

lundi 27 février 2012, par Pierre Dortiguier

Ce qui se produit dans une armée, comme on le déplore, en Afghanistan, avec les sacrilèges commis par des gens en uniforme (garçons et filles mêlés, faut-il le rappeler !) reflète l’esprit actuel, sinon essentiel, de la nation, et l’Europe a, au contraire, souvent vu, dans l’organisation militaire, le critère d’une volonté d’ordre et plus généralement de sécurité, qui soit la garantie d’une civilisation. C’est en ce sens que la religion a trouvé, dans cette alliance de l’Etat et de la Religion, dénoncée par la laïcité, la protection des vertus. Bien sûr, l’exemple le plus caractéristique en est fourni par le royaume très tolérant de la Prusse, qui a servi de modèle à l’armature de grands Etats et comprenait une moitié de sa population catholique, l’autre étant protestante. L’armée en était l’école.

Dans une discipline militaire, le devoir seul l’emporte, sur tout autre objectif, et au regard de lui, et du respect qu’il suscite, à cause de sa grandeur absolue ou de sa sublimité, toutes les jouissances de la vie ne sont rien, selon le mot célèbre de Kant, dans la Critique de la Raison pure.

A cette orientation s’est opposée, surtout, aux Etats-Unis, la notion de succès, depuis deux siècles. A cela Nietzsche répondait « Méfions-nous de nos succès ! ». Un philosophe français, du Collège de France, qui eut sa célébrité, et est effacé, aujourd’hui, par l’abandon que le pays fait de sa culture, Théodore Jouffroy (1796-1842) pouvait s’adresser à la jeunesse française des écoles, en août 1840, lors d’une distribution de prix au collège Charlemagne (dans le quartier Saint Paul de Paris), pour la mettre en garde contre cette attirance du succès, au dépens de l’autodiscipline, laquelle n’oppose pas un citoyen aux pouvoirs, mais renforce, au contraire, la puissance de l’Etat, en en faisant un conscience morale : « Le succès n’est pas ce qui importe ; ce qui importe, c’est l’effort : car c’est là ce qui dépend de l’homme, ce qui l’élève, ce qui le rend content de lui-même. L’accomplissement du devoir, voilà, jeunes élèves, et le véritable but de la vie, et le véritable bien. Vous le reconnaissez à ce signe qu’il dépend, uniquement, de votre volonté de l’atteindre, et à cet autre, qu’il est également à la portée de tous, du pauvre comme du riche, de l’ignorant comme du savant, et qu’il permet à Dieu de nous jeter tous, tant que nous sommes, dans la même balance, et de nous peser avec le même poids ».

Dans les conflits européens se sont affrontés les mêmes éthiques, et stigmatisés ont toujours été les dommages causés aux personnes innocentes et, particulièrement, aux biens d’église, ce qui était plus le cas des armées révolutionnaire françaises élevées dans l’irréligion. On signale, même, dans le Nord de la France, un certain nombre d’églises, qui furent restaurées, aménagées, par la troupe allemande du premier conflit, durant une occupation de quatre années !

Les cas de violence sur les populations innocentes étaient punis, sévèrement, surtout, nous pouvons en témoigner, comme Français, sous la récente occupation : les cas de profanation de culte ou des viols étaient impensables, et les derniers punis de mort (y compris, le vol de civils), par l’armée en question. Ce ne fut pas le cas de l’Armée Rouge, qui s’est conduite, honteusement, dans les pays qu’elle conquérait, et, aussi, la présence des Etats-Unis changea les choses et les mentalités. Et nous avons, sur ce point, le témoignage de Lindbergh, le célèbre pilote américain, d’origine suédoise, qui traversa l’Atlantique, et qui recueille, dans ses mémoires, parues, en partie, censurées, dans le texte original, et encore, davantage, en français, toutes les indisciplines éhontées de ses compatriotes. Les inconduites, les pillages, les vexations de civils, les corruptions d’enfants sont racontées par lui, tout au long de sa campagne d’Allemagne. On cite, aussi, le cas de la vallée du Liri, en Italie, qui fut l’objet d’une enquête du Sénat américain et dont un film célèbre fut tiré, avec l’actrice Sophia Loren.

En Afghanistan, nous avons affaire à la fleur de ce nihilisme des valeurs. Les Corans sont brûlés, non pas, par antipathie religieuse, comme on le pourrait croire, mais par mépris des indigènes, des autochtones que la troupe voit comme des gens miséreux, donc, privés du succès que le Dieu de l’Argent, seule forme accessible de la Puissance, pour les fruits de cette société matérialiste, - qui n’est idéaliste que pour ruser et paralyser ses victimes - distribue à ses fidèles. Il n’y a pas plus de sacré perçu, que d’honneur des femmes ou de la santé publique, comme en témoigne le trafic de drogue local. Nous assistons à une dégradation et une impossibilité, pour les autorités, d’établir une discipline. Les drones, à cet égard, sont plus fiables que la troupe.

Un dernier mot sera laissé à Jouffroy, qui est le type de discours que la jeunesse, ni américaine, ni américanisée - comme il se voit chez les Européens d’Afghanistan ayant subi cette influence - n’entend plus. Ses prêtres ou ses pasteurs ne lui disent rien, car ils ont honte d’eux-mêmes, selon la prophétie que fit le poète Hölderlin, dans la première moitié du 19ème siècle, sur la chute morale du Christianisme moderne. « Qu’importent aux autres et à nous, quand nous quittons ce monde, les plaisirs et les peines que nous y avons éprouvés ? Tout cela n’existe qu’au moment où il est senti ; la trace du vent, dans les feuilles, n’est pas plus fugitive. Nous n’emportons de cette vie que la perfection que nous avons donnée à notre âme, nous n’y laissons que le bien que nous avons fait ».

Que maintenant les lecteurs amis de l’Europe, en constatant ce déclin moral et l’effacement de nos doctrines, y voient l’influence d’une prétendue société « nouvelle », qui a causé, précisément, cette mort de civilisation, transmise par nos ascendants, provoque cette indiscipline et cruauté conséquente, dans les rapports, et qu’ils lui donnent l’étiquette des Etats-Unis, c’est, peut-être, de la polémique, soit, mais, aucunement, une contre-vérité.

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier