Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles philosophiques > Fatima
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Fatima

lundi 23 avril 2012, par Pierre Dortiguier

La légende veut que le village de Fatima, du Nord-Portugal, près d’Ourem, en Estrémadure, où s’est manifestée, à deux kilomètres de là, une apparition le 13 mai 1917, dont la dernière s’accomplit, le 13 octobre et fut marquée, au moment du départ physique de la dame, par la vision d’un disque argenté (nommé la « danse du soleil » mais n’était pas le soleil !), visible au regard sans éblouissement, se rapprochant du sol et vacillant devant près de 50 à 60 000 spectateurs, et relaté par la presse laïque du régime, « O Seculo » alors sous dictature républicaine maçonnique, ce village donc, portait le nom d’une princesse musulmane locale du temps ancien. Elle a donné son nom Ourenna, ou Oriane (nom porté par la Reine d’Angleterre aussi !), car elle avait épousé le comte d’Orem, lequel nom d’Oriane signifie en Allemand ancien, Ur-ahne, comme Uranie, l’ Ancêtre originaire !

« On aurait dit » a-t-il été rapporté du disque « qu’il s’éteignait et se rallumait, tantôt d’une manière, tantôt de l’autre. Il lançait des faisceaux de lumière, d’un côté et de l’autre, et peignait tout de différentes couleurs : les arbres, les gens, le sol, l’air. » ce qui ressemble aux manifestation d’OVNI.

Aussi cette apparition porte désormais le nom de Notre Dame de Fatima ; le berger témoin Francisco Marto, de famille libérale, alors âgé de 9 ans, mourut deux ans après avec sa sœur Jacinta, d’une mort attribuée à la « grippe espagnole » dévastatrice de l’Europe d’après guerre, et la dernière témoin, leur cousine Lucie, est morte dans un couvent à 97 ans, en 2005, sans que le secret qu’elle avait reçue de cette apparition ne fut, de son propre aveu, éventé réellement, annonçant une catastrophe, châtiment du monde pour ses péchés, s’il ne s’amendait, et prévoyant l’abandon de la foi chrétienne par l’Eglise romaine.

Ce qui avait été dit dans une autre apparition à La Salette en 1841. Cette gloire du nom de Fatima fut ainsi acquise en Occident, redoublant le dévotion musulmane envers la quatrième et plus jeune fille du Prophète, épouse d’Ali, mère de Hassan et de Hussein, pour ses souffrances, et ses vertus de jeune femme et mère éprouvée.

Le pèlerinage de Fatima est adressé, dans le dogme catholique et orthodoxe de la piété mariale, à la Mère des Sept douleurs.

Son nom est oublié dans l’Occident fugueur [1]
Qui laisse un Portugal ruiné sur le Tage [2]
Et végéter l’Espagne en la fausse rigueur ; 
Par plaisirs si coûteux dont son cœur a plus l’âge !
Et ainsi court l’Europe, au nom si mystérieux,
Que l’on poursuit en Crète, et qui fleurit au Nord,
Modèle des vertus dont l’art seul est curieux,
La coupe en est remplie jusqu’à l’extrême bord ;
Puis vint le grand conflit qui envahit les Flandres,
Et, sauf les Pays-Bas, et la tiédeur nordique
Tout secouait les nations, et ouvrait aux désordres,
Cette nappe du monde, sauf sa part ibérique !
Elle fut musulmane, il est vrai, non conquise,
Comme on le fait savoir, mais plutôt convertie
Par un courant chrétien, dont la foi fut soumise
Aux docteurs dit Ariens [3], et par la sympathie
A l’unité divine, l’Espagnol écartait
Là toute idolâtrie, au profit de l’Unique,
De la seule Grandeur, que la race souhaitait,
Et que la Liberté exprime dans l’Epique !
Tel était ce moment où le nom de Fatime
Est entré dans le cœur des peuples abandonnés
Au pouvoir occulte, défendu qu’on le nomme,
Alors s’est accompli, pour les âmes bien nées
Ce miracle subit, répété treize fois,
D’une force superbe et secouant l’assistance,
Démontrant aux bergers, qui étaient alors trois,
Dont deux devaient mourir, quelle était la force
Liant à une Dame que l’Islam prend en grâce,
Ce culte des douleurs où Shitan perd sa force !

Notes

[1] Fugueur : le terme n’est pas classique, il désigne celui qui s’échappe, prend la fuite en désertant son travail ou en quittant ses responsabilités. La fugue ou fuite de son domicile est présentée comme signe avant-coureur d’une maladie mentale, la schizophrénie.

[2] Fleuve dont la baie, au port de Lisbonne est impressionnante, comme je l’ai vue.

[3] Le prétendu évêque Arius ne reconnaissait pas la divinité de Jésus (béni soit-il) et le voyait comme un homme saint. Sa doctrine s’appelle l’Arianisme. Les Germains se convertirent à l’Arianisme et occupèrent l’Espagne (les Wisigoths, dont Toulouse aurait été une capitale). L’Espagne arienne s’est convertie à l’Islam pour ne pas être persécutée par les autres Etats chrétiens devenus catholiques.

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier