Antipositivisme
Pierre Dortiguier
 
Accueil du site > Mes travaux > Articles politiques > Deux atteintes à la satire parisienne
 
 
Sites
 
Divers


Contacter Pierre Dortiguier

Plan du site
 

Deux atteintes à la satire parisienne

jeudi 20 septembre 2012, par Pierre Dortiguier

Un droit fondamental ! C’est l’expression d’un homme politique français contre la protestation suscitée par la publication grotesque et sacrilège de Charlie Hebdo : c’est là que l’expression de ce droit démontre son absurdité, car un droit est une volonté, le droit en général est un concours de volontés pour acquérir ou défendre un bien légitime. Aussi ce droit se nomme-il fondamental parce qu’il a une base objective, réelle, et non pas arbitraire.

Il y a un non sens d’expressions comme le "droit au bonheur", le "mariage pour tous", le droit de disposer de mon corps, comme je l’entends, au mépris donc des lois naturelles : de m’alcooliser, de me droguer, de m’abrutir en somme. "Le droit au travail" qui semble légitime est aussi creux, car pour qu’il y ait un tel droit, encore faut-il une capacité de travailler, et nul ne peut exercer le métier d’un autre, sous prétexte de droit au travail !

Pour la dernière affaire qui secoue Paris, le droit fondamental est celui de l’Etat d’interdire ou de permettre une manifestation : c’est donc un droit subjectif. C’est celui aussi d’exposer n’importe quel ressortissant à l’étranger, à la vengeance d’un enthousiaste.

Mais voyons de plus près comment ce journal traite le droit de ses collaborateurs, et comment de façon générale, le droit d’expression est censuré par ceux mêmes qui crient le plus fort pour le défendre ! En France deux grands dessinateurs satiristes ont perdu leur emploi, le premier qui illustra longtemps le Monde, le quotidien du soir, dit Konk, jeune homme fort intelligent, enfant de l’Assistance publique, était loué de tous par son talent, du Monde, à partir de 1970, au Figaro, en passant par l’Evénement du Jeudi ; un jour, il publia une suite de dessins exprimant son scepticisme voltairien devant ce que l’on dit, depuis les années 60 sur la chambre à gaz homicide ; il ne la niait pas, mais restreignait son champ d’application en une suite de quelques dessins. Il fut chassé du Monde et dut survivre indépendamment de tout droit fondamental ! Il fut renvoyé du Figaro par Giesbert, le directeur, pour cette raison politique, sa faute étant une liberté d’opinio !

Le second était aussi célèbre, mais à gauche, une gauche parisienne, artisane, comme on en voit dans le 20ème où il étati né, M. Sinet, connu comme "Siné" à Charlie Hebdo. Né en 1928, il a publié son premier dessin en 1952 dans France-Dimanche et reçut trois ans après le prix de l’Humour Noir. Dessinateur politique à l’Express, anticolonialiste, comme le fut toujours le peuple français, qui subit aujourd’hui encore les reproches des anciens "pieds-noirs" qui veulent avec les agités du bocal sioniste le dresser contre les Arabes de l’immigration, Sinet écrivait aussi très acerbement. Comme aussi cette frange parisienne du peuple français il est, par réaction à l’autoritarisme de l’Etat porté à l’anarchisme et à toutes les illusions de la liberté, illusions qui se révèlent liberticides, par antithèse quand Charlie Hebdo lui reproche son antisionisme et sa défense passionnée des réfugiés palestiniens.

Il n’était plus désormais le bon anarchiste dans le sens du désordre souhaité par ce journal, mais homme d’ordre. Bien sûr, dans un pays qui n’a jamais été religieux comme les pays nordiques ou les vrais pays latins italo-ibériques, un pays où jamais vous n’avez vu, au temps même des rois, une auberge avec le Christ au milieu de la salle, comme en Autriche et en Bavière aujourd’hui, les églises aussi propres qu’en Allemagne et en Espagne, le parquet brillant de cire, les attaques contre la religion sont un signe d’esprit-fort, comme l’écrivait La Bruyère. Siné défend aux élections européennes de 2004, la liste Euro-Palestine, et l’occasion est attendue de l’abattre médiatiquement : elle est fournie par l’affaire de Jean Sarkozy qui semblait bénéficier de certains avantages excessifs. Sinet écrit dans Charlie Hebdo du 2 juillet 2008 : "Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit" Il n’y avait aucune calomnie ni même médisance dans cette information, mais la direction de Charlie Hebdo prit peur, et se sépara de son collaborateur libertaire.

Le droit fondamental ne fonctionne pas sous tous les climats. Montesquieu avait raison ! Et Siné l’a appris à ses dépens. La philosophie française du droit est magistralement exprimée par le fabuliste :

« Selon que vous serez puissants ou misérables
Les jugements de cour, vous feront blanc ou noir »

Les jugements de cour donnèrent raison cependant à Siné, mais la force primait le droit .Il perdit son emploi.

L’Allemagne, que nos démocrates surveillent, se propose d’interdire toute propagande filmée antimusulmane, car elle ne voit pas pourquoi l’on demande d’elle de défendre une religion du Livre et non pas les deux autres. Mais il faut, disent nos libertaires, se méfier d’un pays qui philosophe trop et pousse la déduction des principes, alors que le grand art parisien est de les affirmer seulement ou de les graver au fronton de ses loges et de ses ministères, la porte des unes menant aux entrées des autres, comme jadis de commerces téhéranais adjacents à l’Ambassade d’Angleterre, partaient vers elle, m’a-t-on dit de bonne source, des tunnels souterrains ! Droit non plus fondamental, mais très souterrain !

 
 
 
Publications récentes
Publications par mois
 
Copyright 2011 Pierre Dortiguier